mercredi 12 mai 2010

Stage d'éleveurs japonais en Israël

Israel7.com

Une délégation de l’organisation japonaise de coopération agricole Zen-Noh est de passage en Israël. Son voyage d’étude a été organisé par les annexes économiques d’Israël au Japon représentées par Eithan Kooperschtoch, et en accord avec le ministère de l’Industrie et du commerce. Les autorités japonaises concernées sont le ministère de l’Agriculture, l’Institut des exportations, et l’industrie de groupe.

Le but de cet événement consiste en l’observation des méthodes employées pour l’élevage du gros bétail. Le secteur qui motive particulièrement cette visite est celui du lait. Le Japon a en effet décidé d’investir des centaines de milliards de Yens dans son agriculture, en vue de sa modernisation. Il vise un meilleur rendement et une diminution des coûts des produits de la terre.

La présente étude comprend deux volets: le premier, comme nous venons de le voir, concerne l’amélioration de l’organisation du travail et du rendement ; le second, la prospection au niveau du public pour le sensibiliser aux produits agricoles et rendre ces derniers plus prépondérants dans le budget et la santé des particuliers. Les membres de cette délégation sont arrivés mardi, et ils apprendront dans un premier temps les différentes méthodes de production, de traitement et de fabrication des produits dérivés du lait. Le travail auprès de l’opinion représente une tâche considérable, étant donné que le Japon fait partie, à l’instar de la Tunisie, des pays où la consommation des produits laitiers est réduite au strict minimum.


Le gouvernement japonais, sous la direction de son Premier ministre Yukio Hatoyama, à décidé d’envoyer ses représentants en Israël dans le but de faire passer, jusqu’à 2020, la production locale de 20% à 50% des produits de consommation courante achetée par ses concitoyens. Il lui faut non seulement produire plus et moins cher, mais créer un besoin pour que les Japonais s’intéressent aux produits locaux. De plus, le Japon a l’intention de parvenir à un niveau agricole suffisamment imposant pour exporter ses produits chez ses voisins.
Le ministère de l’Industrie et du commerce a révélé que, pendant l’année civile 2009, les échanges commerciaux entre Israël et le Japon ont atteint 1.9 milliards de dollars (sans compter le marché du diamant). Il est vrai cependant que ce résultat, crise oblige, a été inférieur de 51% à celui de l’année 2008. Pour l’exportation vers le Japon des produits israéliens, il a atteint la somme de 472 millions de dollars, soit 68% de moins que l’année 2007. Les produits exportés sont essentiellement des composants électroniques, des appareils optiques et du matériel médical. En outre, des produits chimiques et des appareils ou pièces métalliques sont également exportés vers le Japon.

En revanche, les importations en provenance du Japon se sont élevées à 1.513 millions de dollars, certes environ trois fois plus, mais elles ont diminué de 46% en comparaison de la même période pour 2007. Les voitures font la différence. En dehors de l’industrie automobile, d’autres appareils électroniques ou optiques, ainsi que du matériel médical, sont importés du Japon.
par Yéochoua Sultan

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire